Le légionnaire français, qui a tué trois autres soldats et un civil dans la ville d'Abéché, est toujours en fuite.(Carte : RFI)

Le drame commence vers 14h00 heure locale sur le camp des étoiles situé près de l'aéroport d'Abéché. Selon l'état-major, un légionnaire du deuxième régiment étranger d'infanterie est pris d'un coup de folie inexpliqué lorsqu'il abat avec un Famas deux frères d'armes français.

Toujours dans le camp, le forcené, qui est détaché auprès de la force de réaction rapide de l'Eufor, fait ensuite feu sur un casque bleu togolais posté sur un mirador. Le soldat de la Minurcat qui venait d'entamer sa mission au Tchad est la troisième victime.

En fuite

En fin d’après-midi, alors que personne ne sait où est passé le légionnaire, un Tchadien est retrouvé mort à environ 3 kilomètres à l'est du camp des étoiles. Pour la police d'Abéché, pas de doute c'est le soldat français qui a tiré deux balles dans le cou du paysan. « Il a tenté de résister alors que le légionnaire voulait lui voler son cheval », assure sous couvert d'anonymat un policier tchadien.

A l'état-major des armées à Paris, on se veut plus prudent en attendant les résultats de l'enquête balistique.

Pour retrouver le forcené, des gendarmes français, des soldats de l'Eufor, de la Minurcat, des hélicoptères ainsi que les services de sécurité tchadiens ont été mobilisés mais à l'heure qu'il est le légionnaire est encore en fuite.